Un partenariat helvético-malgache

Adaptation d'un partenariat ESTHER en réponse au COVID-19

En février 2020, au moment où la maladie du Coronavirus entamait son voyage autour du monde, les représentants des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et de l'Hôpital de district de référence d'Ambanja à Madagascar finalisaient leur demande de subvention de partenariat de 99 677 CHF auprès de ESTHER Switzerland. Dans une section sur les risques et l'atténuation des effets, il était demandé aux candidats d'énumérer la probabilité de "catastrophes naturelles ou de l'apparition d'épidémies qui pourraient retarder la mise en œuvre des activités".

"Nous n'avons jamais pensé à une épidémie", déclare Caroline Benski, chef de projet aux HUG. "Ce n'était absolument pas dans nos esprits".

Publié : 07. avril 2021, Auteur : Jeannie Wurz

Le nouveau partenariat - "Formation intégrée à la simulation obstétrique pour améliorer les soins respectueux de la maternité et du nouveau-né à Madagascar" - a été conçu pour lutter contre le taux élevé de mortalité maternelle dans le pays, où l'on compte 353 décès pour 100 000 naissances vivantes et où 6 naissances sur 10 ont lieu à domicile.

Une évaluation des besoins de l'hôpital avait mis en évidence un manque de formation, un respect insuffisant des directives, un environnement de travail peu sûr et peu encourageant, un manque de motivation et une attitude négative des prestataires de soins de santé à l'égard des mères et des familles.

En outre, il était clairement nécessaire d'améliorer la communication, notamment en ce qui concerne la personne à appeler en cas d'urgence, les informations à communiquer aux femmes et les procédures à suivre pour communiquer entre elles, avec la sage-femme, le médecin, l'anesthésiste (s'il y en a un) et le laboratoire.

Changement de plan

Le partenariat comportait à l'origine trois volets : formation sur place de 35 prestataires de soins de santé en soins obstétriques et néonatals d'urgence de base et de 10 prestataires de soins obstétriques et néonatals d'urgence complets à l'hôpital de district d'Ambanja, soutien et supervision sur place, et simulations en petits groupes à l'aide de mannequins. "Nous avions initialement prévu de mettre en œuvre la formation sur les soins respectueux en tant que composante de la formation sur site dispensée par les HUG", explique la Dresse Cecilia Capello d'Enfants du Monde (EdM), une ONG basée à Genève et institution partenaire. "Lorsque la première vague de COVID a frappé le monde, les partenaires ont réalisé qu'une mission serait probablement impossible. Nous avons changé notre stratégie, passant d'un cours sur place à un cours à distance."

Cependant, au fur et à mesure que la COVID-19 se répandait, il est devenu évident que de nombreux autres aspects du projet devaient être réorganisés. Au lieu des mannequins haute-fidélité Mama Nathalie et Baby Nathalie, des mannequins basse-fidélité comprenant uniquement un utérus, un placenta et un bébé ont été commandés. Au lieu que quatre membres du projet se déplacent de Genève à Ambanja pour mener des formations par simulation, huit formateurs ont été recrutés dans les environs de la capitale du pays au moyen d'entretiens virtuels, et une supervision à distance de la formation a été organisée par les HUG en Suisse. Le nombre de participants a été réduit de 40 à 14.

Pendant que les HUG formaient l'équipe de formateurs locaux et faisaient les ajustements nécessaires pour commencer la formation en simulation obstétrique en 2021, Enfants du Monde a produit un cours en ligne composé de quatre modules sur les soins respectueux de la mère et du nouveau-né. Ce cours a été créé en 60 jours et traduit en Malgache, la deuxième langue officielle du pays. Il a débuté par un module nouvellement créé sur la COVID-19, destiné à 30 prestataires de soins travaillant dans le domaine de la santé maternelle et néonatale.

S'étendre pour gérer la crise de la COVID

Bien que le partenariat ESTHER ait été axé sur la santé maternelle et néonatale, les partenaires ont également servi de source d'information sur la COVID-19.

Les partenaires ont produit deux affiches et une vidéo pour les travailleurs de la santé qui ne savaient pas comment aider leurs patients. Il s'agissait notamment d'expliquer les mesures simples de protection pour éviter la propagation des infections : comment porter un masque, comment utiliser des gants, comment séparer les femmes à risque de celles qui ne le sont pas.

"Ils n'auront pas d'équipement de protection individuelle, c'est sûr, dans le nord-ouest de Madagascar où ils n'ont ni eau ni électricité, dit Benski. "Mais s'ils ont des masques et des gants et qu'ils peuvent les utiliser correctement, cela peut être très utile".

Les membres du partenariat ont apprécié les informations. "Même si nous pensions déjà tout savoir sur [la COVID], cette formation nous a apporté de nouvelles connaissances", déclare le Dr Paulin R. Manjary, mentor clinique de l'hôpital de district d'Ambanja. "Par exemple, que pour nous protéger contre le virus responsable de la COVID-19, nous ne devons pas toucher le masque lorsque nous le portons."

Les défis de l'apprentissage à distance

La formation à distance présente encore des handicaps pour la transmission du savoir-faire, estime REJELA NELLY Evella Fréchette du ministère de la Santé publique de Madagascar. "Les formateurs en ligne ici au pays doivent se familiariser avec la technologie et favoriser la communication, la collaboration et l'interaction entre les formateurs à distance", dit-elle. "Afin de mettre en œuvre les méthodes d'enseignement et d'évaluation, ils doivent acquérir des compétences en matière d'animation à distance et apprendre à utiliser les outils de télécommunication qui ne sont pas forcément disponibles à Madagascar."

Les leçons apprises

Dans l'ensemble, cependant, les partenaires ont pu fonctionner malgré les restrictions créées par la COVID, affirme Vonimboahangy Rachel ANDRIANARISOA, chef du département Maternité sans risques au ministère de la Santé Publique de Madagascar, à Antananarivo. "Malgré le fait que la situation sanitaire ne permette pas une présence physique, l'équipe a toujours pu communiquer entre elle, à petites doses, mais très fréquemment, pour la préparation de l'activité à mettre en œuvre." Le partenariat a débouché sur une nouvelle façon de travailler, notamment "l'habitude de consulter les e-mails et de ne pas attendre d'être dépassé par les événements", dit-elle.

De même, Cecilia Capello estime que jusqu'à présent, le partenariat "a été une formidable plateforme d'apprentissage", donnant à ses participants l'occasion de grandir et de s'adapter. "Nous avons acquis la capacité de nous adapter rapidement à un contexte changeant, sur le plan stratégique, pédagogique et opérationnel", explique-t-elle. "Et nous avons tissé des liens étroits avec l'équipe de l'hôpital local, apprenant à nous reposer entièrement sur elle pour mettre en œuvre chaque étape du projet."

Pour Caroline Benski également, le partenariat a été une expérience positive. Elle est satisfaite de la manière dont les membres ont réagi à la pandémie. "La façon dont nous avons essayé de changer et d'innover. La façon dont nous avons structuré le projet. La façon dont nous avons impliqué nos partenaires. La façon dont nous avons interagi entre nous."

Collaboration future

Il y avait à la fois des avantages et des inconvénients dans cette nouvelle situation, selon Vonimboahangy Rachel ANDRIANARISOA. Les coûts de l'enseignement à distance étaient moins élevés que ceux de l'enseignement en personne, mais "le contact personnel nous manquait. Les discussions en face à face sont plus enrichissantes et plus humaines."

En fin de compte, cependant, elle estime qu'"il y a toujours des avantages à tirer d'une collaboration". "Les efforts combinés de [toutes les parties] contribuent à la réalisation de l'objectif."

Cecilia Capello : Le plan de cours
Nous avons produit le matériel de formation en deux mois, de mi-septembre à mi-novembre. Cela comprenait l'adaptation du matériel en ligne au contexte malgache, la traduction de l'ensemble du contenu en Malgache, le développement des storylines par un consultant, la création de la plate-forme et le téléchargement du contenu final sur celle-ci, le développement de guides pour les animateurs locaux et pour les participants, et le développement d'un quiz. Pendant ce temps, une équipe locale nous a énormément aidés, en facilitant la formation au niveau local et en nous aidant pendant le Zoom.